Archives mensuelles : décembre 2018

l’AMDJA – Aveyron

Extrait de la Lettre d’information de l’ AMDJA d’octobre 2018 

l’AMDJA oeuvre pour la mémoire des déportés juifs du département. chaque 22 avril l’association rend hommage aux juifs raflés  à  Rodez le 22 avril 1944.

L’association honore aussi les justes  et à été en 2012 à l’initiative du  « Mémorial des justes parmi les nations de l’Aveyron » sur lequel figurent 41 noms.


L’AMDJA recherche les parcours des déportés juifs de l’Aveyron. Simon Massbaum procède à des recherches dans les archives départementales  et nationales et aussi en Belgique. 

Pour plus d’information contactez le COMEJD qui transmettra : comejdfrance@gmail.com


ARTICLE DE PRESSE

La mémoire des déportés honorée (2016)

La journée nationale de la déportation, dimanche, a donné lieu à deux cérémonies à Rodez. La première s’est déroulée au monument aux morts du jardin public du Foirail, où plusieurs textes, dont un poème d’Aragon consacré aux femmes de la Résistance, ont été lus. «En ces temps d’inquiétude et de menace pour l’avenir de l’humanité, il convient de dénoncer toutes les doctrines de haine, de racisme, et toutes les violations des libertés fondamentales», a déclaré Nicole Schira, présidente du comité d’entente des associations patriotiques, dans sa reprise du message des fédérations de déportés. Le second hommage a eu lieu place Foch, devant la plaque en mémoire de Louis Dupiech, préfet de l’Aveyron arrêté le 14 mai 1944, déporté à Neuengamme, et mort en déportation le 3 mai 1945. «Au travers des textes prononcés, c’est toute la question de la dignité humaine qui est posée, a souligné Louis Laugier, qui a déposé une gerbe pour saluer la mémoire de son lointain prédécesseur (photo). Il est essentiel de rappeler à quel point elle doit être présente dans les esprits.» «L’antisémitisme signifie la mort de six millions de civils de tous âges uniquement parce qu’ils étaient juifs. Malgré ce monstrueux passé, on constate qu’il renaît progressivement et il faut le combattre», a, de son côté, signalé Simon Massbaum, président de l’association pour la mémoire des déportés juifs de l’Aveyron.

La mémoire des déportés honorée

Publié le 26/04/2016  dans La Dépêche du Midi https://www.ladepeche.fr/article/2016/04/26/2332909-la-memoire-des-deportes-honoree.html

____________________

Déportation des juifs en Aveyron : hommage à des vies oubliées

commémoration à Rodez (2014)

L’association pour la Mémoire des Déportés Juifs de l’Aveyron a posé, le 23 avril 2009, sur la façade du centre universitaire Jean-François Champollion à Rodez (1), une plaque nominative. Demain à 14 heures, une cérémonie mémorielle sera organisée, sur ce lieu. Les membres de l’association ont décidé de se rassembler à cette date car elle correspond au 70e anniversaire de la rafle du 22 avril 1944, qui a eu lieu à Rodez. Ce jour-là 43 civils dont 7 enfants ont été arrêtés par la Gestapo, uniquement parce qu’ils étaient juifs. Ils furent divisés dans deux convois, et déportés, depuis «l’antichambre de la mort», à Drancy vers les camps d’extermination d’Auschwitz en Pologne, de Kaunas en Lituanie et de Reval en Estonie.

Ce noir 22 avril 1944 correspond également à l’arrestation, par la Gestapo, de deux sœurs, Jeanine et Madeleine Blum, respectivement âgées de 17 ans et de 15 ans, alors qu’elles étaient en cours d’anglais, avec leurs camarades. À noter, la directrice de l’établissement, Mme Pietri n’était autre que l’épouse du chef de la Milice à Rodez…

Créée en 2006 et présidée par Simon Massbaum, l’association pour la Mémoire des Déportés Juifs de l’Aveyron compte une cinquantaine d’adhérents et a permis l’installation d’une dizaine de plaques nominatives, sur l’ensemble du département notamment à Saint-Affrique, Marcillac-Vallon, Rodez, Naucelle, Millau, Entraygues-sur-Truyère et Villefranche-de-Rouergue. En juin prochain, une nouvelle plaque nominative sera installée à Espalion, une commune dans laquelle 23 Juifs ont été déportés.

Publié le 21/04/2014  dans la dépêche du midi :  https://www.ladepeche.fr/article/2014/04/21/1867165-hommage-a-des-vies-oubliees.html

Simon Massbaum aux côtés d'Alain Drimmer s'appuie sur l'ouvrage de l'historien Serge Klarsfeld, intitulé «Mémorial de la déportation des Juifs de France» pour ses recherches./Photos DDM, L.P.

Simon Massbaum aux côtés d’Alain Drimmer s’appuie sur l’ouvrage de l’historien Serge Klarsfeld, intitulé «Mémorial de la déportation des Juifs de France» pour ses recherches./Photos DDM, L.P.

_______________

27 mai 2016 AMJDA AVEYRON

dévoilement d’une plaque à Milau  rue du Champ du Prieur à Millau

http://comejdfrance.blogspot.com/p/historique.html